EXPOSITION 

CARTE BLANCHE À SHEILA HICKS 

Dans le cadre de la FIAC, la célèbre artiste américaine vivant à Paris propose une installation originale au sein même de la manufacture des Gobelins, temple de la laine depuis le XVIIème siècle, du 16 octobre au 12 décembre 2021. 

Affiche carte blanche Sheila Hicks

Une installation originale au cœur des Gobelins

Haut lieu de patrimoine, le Mobilier national est aussi un acteur majeur de la création contemporaine à travers la fabrication des tapisseries des Gobelins et de Beauvais et des tapis de la Savonnerie. La laine est donc ins- crite dans l’histoire de l’institution. Depuis quatre siècle, les manufactures nationales tissent tapis et tapisseries avec ces fibres textiles. Elles n’ont été que très rarement d’origine française. Il apparaissait urgent de repenser l’ori- gine de ces matières premières. Une démarche expérimentale pour intégrer progressivement les laines venant de troupeaux français a été engagée par le Mobilier national. Ce projet a séduit l’artiste Sheila Hicks qui a toujours utilisé ce médium pour ses œuvres sensibles et colorées.

Pour cette « Carte blanche », l’artiste a réalisé une installation qui transcende les frontières entre art et artisanat et s’empare, pour la première fois, des laines françaises.

La laine : Matière et œuvre

Cette matière représente le confort, la chaleur, et l’annonce d’un bonheur simple. Par ailleurs, la symbolique du refuge qui lui est associée nous touche particulièrement car, culturellement, elle est combinée à l’univers d’un paradis lointain (la pastorale du temps jadis) qui a été, par exemple, au centre de la bergerie du Hameau de la Reine de Marie-Antoinette à Versailles.

Le regard sur la nature, la pastorale et le monde agraire, dit beaucoup de notre envie d’évasion. Le retour de la laine signe le renouveau d’une proxi- mité, celle des animaux qui ont produit la fibre, celle des éleveurs qui, par passion et ténacité, mènent leur troupeau, celle, enfin, d’un paysage qui a vu naître l’animal et sa fibre. L’exposition de Sheila Hicks suggère toutes ces facettes.

La renaissance des filières de laines françaises

La notion de terroir est au centre des nouvelles recherches sur la laine. Le renouveau de la filière des laines françaises, avec le collectif Tricolor, a pour ambition de distinguer et valoriser la cinquantaine de races d’ovins. Cette biodiversité offre autant de caractéristiques de toisons et une très grande richesse de couleurs naturelles.

La fibre textile n’est plus un prétexte du paraître, il devient l’objet de la création. Elle est au centre de la Carte blanche à Sheila Hicks, « Fil de lune, rayon de laine ».

Sheila Hicks : Artiste sur laine

Sheila Hicks est une artiste du voyage et du mouvement. Native du Middle- West américain, elle part en Amérique du Sud et y découvre les textiles pré-colombiens. Elle s’initie alors aux techniques locales. Ses études à l’uni- versité de Yale (1954-1959) lui font découvrir les oeuvres textiles de Josef Albers. Elle poursuit la découverte de ce continent grâce à une bourse Ful- bright pour se rendre au Chili. Son travail photographique enregistre alors les plus beaux sites Incas. Après une bourse pour se rendre en France en 1959, elle s’installe dans ce pays en 1964 où elle y réside toujours. Exposée dans le monde entier, le Centre Pompidou lui consacre une rétrospective en 2018.

Des organismes publics ont fait également appels à sa créativité : le Maroc pour créer des modèles de tapis en laine, l’UNESCO pour participer à la création d’une école de design au Cap (Afrique du Sud, voir le film Traditions de demain par Itaka Martignoni) et au Japon où le théâtre municipal de Kiryu lui a commandé un bas-relief en lin de plus de 100 mètres de long fait à la main à Paris.

Influencée par toutes les cultures, son travail se déploie dans un entre-deux, celui du textile et de la sculpture. Ses œuvres conjuguent la petite taille et le monumental, ce qui est de l’ordre de l’intime et ce qui se déploie dans la spatialité. Dans cet écart des réalisations, elle utilise en majorité des textiles (laine, coton, soie, lin) mais elle n’hésite pas à intégrer des matériaux variés (ardoises, coquilles, éléments textiles divers...).

Pour le Mobilier national, Sheila Hicks a proposé un modèle de tapisserie réalisée par la manufacture des Gobelins (Champ ensoleillé balayé par le vent, 2014) qui a été exposée au Palais de l’Elysée ou à la FIAC.


Commissaire de l’exposition : Marc Bayard
Avec l’aide de Pascal Gautrand (Collectif Tricolor)


Sheila Hicks, Mobilier national

Informations pratiques : 

Dates : du 16 octobre au 12 décembre 2021

Horaires : Ouvert du mardi au dimanche, 11h-18h

Conditions d'accès

  • du 16 octobre au 12 décembre : accès sur présentation du billet d'entrée de l'exposition Palais disparus
     
  • pendant la FIAC (du 21 au 24 octobre) : accès sur présentation du billet FIAC

L’accès à l’exposition Sheila Hicks est accompagné, départ toutes les heures (11h00, 12h00, 13h00, 14h00, 15h00,16h00,17h00). Point de rencontre: hall d’accueil de la galerie des Gobelins.

Lieu : 42 avenue des Gobelins, Paris 13ème