Histoire du Mobilier national

no
no
Vue de la Bièvre à la hauteur du 12 rue Berbier du Mets.

Le Mobilier national en construction, 1936

Vue de la Bièvre à la hauteur du 12 rue Berbier du Mets

L'histoire du Mobilier national et celle des Manufactures nationales sont inséparable depuis Colbert, sans toutefois se confondre. Ces deux institutions sont réunies sur un meme site depuis 1937, date de la construction des actuels bâtiments du Mobilier national au voisinage immédiat de l'enclos historique des Gobelins. Elles sont rattachées depuis la même date à une administration générale unique, mais chacun des bâtiments (siège du Mobilier national et ateliers des manufactures) conserve malgré tout son esprit singulier.

 

Le Mobilier National

Ancien Garde-Meuble de la Couronne, l’institution, tout en gardant ses missions d’origine (lien avec missions) a évolué au fil des siècles. Elle est aujourd’hui un service à compétence nationale, (depuis le 1er janvier 2003), rattaché à la Délégation aux Arts plastiques du Ministère de la Culture.

 

* Le site

Le Mobilier national est installé depuis 1937 dans un bâtiment construit en ciment par Auguste Perret sur les anciens jardins de la manufacture des Gobelins.

 

* Petit historique

Sous l’Ancien régime, les résidences royales sont nombreuses. Dès lors seules les principales disposent d’un ameublement permanent. Les autres sont installées à la demande, quelques jours avant l’arrivée du souverain. Dès le XIIIe siècle, un des services de l’Ostel le Roy (les services de l’intendance royale) avait la charge spéciale de pourvoir en meubles et en tapisseries le roi, sa famille et la cour. Ce service tenait déjà l’inventaire des meubles et objets de la Couronne, en assurait le transport et l’entretien, et avait surtout la charge d’en confectionner de nouveaux.
C’est en 1663 que Louis XIV et Colbert ordonnent l’institution du Garde-Meuble de la Couronne, avec un double souci, celui de la gloire et celui de la gestion patrimoniale. Gédéon Berbier du Mets se voit le premier confier la charge de directeur, avec le titre de « Contrôleur général des meubles de la Couronne ».
Le Garde-Meuble eut longtemps l’humeur vagabonde… Installé dès sa réorganisation par Colbert, à l’hôtel du Petit Bourbon jusqu’en 1758, il a par la suite élu domicile, entre autre lieux, à l’hôtel de Conti (1758-1768) et rue Bergère (1825). Il est depuis 1937 sur les anciens jardins de la manufacture des Gobelins.

 

* Principales dates après 1797

1797, juin : suppression de l’administration du Garde-Meuble.

1800 : résurrection en tant que service du Garde-Meuble des consuls.

1804 : transformation en Mobilier impérial. Napoléon Ier développe une vaste politique de remeublement des palais.

Première Restauration : réapprovisionnement des magasins.

1870, chute du Second Empire : le Mobilier impérial devient Mobilier national, dispersion des collections entre les différents ministères et administrations. Incendies des Tuileries et de Saint-Cloud, aggravant encore la situation.

1893, 27 juillet : loi de la IIIe République imposant la rédaction d’un nouvel inventaire des meubles présents dans les réserves.

1901, 24 février : décret qui affecte au musée du Louvre une partie des collections et pièces rares, réunies par Williamson dans le musée du Garde-Meuble.

1959 : rattachement au ministre en charge des Affaires culturelles.

1964 : création au sein du Mobilier national et à l’initiative d’André Malraux, d’un atelier de recherche et de création.

1980, 23 février : décret fixant les missions principales du Mobilier national.

1982, octobre: le Mobilier national est placé sous la tutelle de la Délégation aux Arts plastiques du ministère de la Culture.

2003, 1er janvier : le Mobilier national devient un service à compétence national.

A l’heure actuelle, le Mobilier national conserve, répare et entretient environ 80 000 objets mobiliers et textiles (tapisseries, tapis).

Partager